Couple Sérot/Janvier

Sonneurs mobiles

En mouvement depuis 2009

Aujourd’hui reconnu comme les précurseurs d’un retour des musiciens parmis les danseurs, les sonneurs mobiles du Couple Sérot/Janvier sont devenu une valeur sûre des festoù-noz. Il considère que la musique et la danse bretonne ont toujours été un moment de partage et de convivialité, c’est ainsi qu’ils ont eu envie de descendre de scène pour être au plus proche des danseurs et renouer une relation musiciens/danseurs plus étroite et ceux en gardant l’esprit des maîtres sonneurs, provocateurs et animateurs.

 

Le couple dépasse désormais les 250 prestations depuis 2009, allant du Festival Yaouank à celui du Festival Interceltique de Lorient, de Brest à Paris en passant par le Québec, du Festival Le Voyage à Nantes au festival métal de st Thurien.

 

On les retrouve aussi dans leur Fanfare à Danser Sérot/Janvier et la GrOove cie.

"Un vieux sorcier du biniou et le Michael Jackson de la bombarde... pour un gros coup de chaud sans économies d’énergie"...

Festival de la Gallésie en Fête 2016.

"Avez-vous déjà entendu le duo formé de Mathieu Sérot et Philippe Janvier ? On les appelle les trublions de la musique bretonne. Terminée l'image du couple assis sur scène qui fait danser le tamm kreiz"...

Trophée Roñsed-Mor - Lokoal Mendon - 2014

 

 

Mathieu Sérot (bombarde) et Philippe Janvier (biniou) réinventent le beau métier de « sonneurs ». Le couple se vit en fusion, en résonance avec les danseurs. Pour cela, il joue au milieu d'eux, les poursuit, les excite. Ça démarre et nul ne sait où ça mène. C'est l'alchimie entre danseurs et sonneurs, la vérité de cette communauté en mouvement, à cet instant-là, dans ce lieu-là, qui dicte la suite des événements, le choix des déplacements, du répertoire, des phrasés, des joutes entre le hautbois et la cornemuse. Mathieu le déjanté harangue et fait chanter la foule à la manière des « calleurs » nord-américains. Philippe le chat, accompagne les impulsions, déplace les trajectoires, négocie les courbes et retombe toujours sur ses pattes. Des ridées déridées, des tours en roue libre, des pilés bien tapés... Danse avec les fous.

 

Sylvain Girault - 2013

 

 

... "Le travail mené aujourd'hui par le couple Sérot / Janvier est également passionant en ce sens. Ce ne sont pas des musiciens que l'on écoute de manière "sacrée" depuis le bas de scène mais bel et bien des animateurs d'un tout. Ils assurent, certes de manière brillante, la danse, mais ils sont avant tout des animateurs, aussi bien pour la buvette que pour les danseurs. Ils s'efforcent d'investir la totalité de l'espace, de créer du lien entre les différents protagonistes, allant jusqu'à chercher à provoquer, toujours de manière humoristique, les spectateurs"... 

 

Clément Le Goff -  Article : Le Fest-Noz Urbain - Musique Bretonne No 236 - Juillet/Août/Septembre 2013
 

 

..." mais bien de sonneur en train de sonner au milieu des danseurs, courant après d'eux, se poursuivant, créant du mouvement et une féconde anarchie au coeur même de la danse, sans rien sacrifier à une impeccable stabilité rythmique. Mais au fait, après tout : et si c'était ça une façon “normale” de sonner ? Pourquoi les sonneurs seraient-ils forcément à mobilité réduite ?

 

Térez Gueric, Rubrique : En passant par le net, P.9 De Musique Bretonne No 230 Janvier/Février/Mars 2012

 

..." et si cela ne suffit pas à vous donner envie de danser, nous avons deux armes fatales : Le couple Sérot/Janvier auquel aucun pied ni doigt ne résiste."

Festival des celtique de Guérande 2014

 

Sérot/Janvier

Auteur : Michel Colleu / juillet 2017

Le couple biniou-bombarde Mathieu Sérot/Philippe Janvier est représentatif des « sonneurs du XXIe siècle ». Il s’inscrit dans la continuité des sonerion : ils sont à la fois sonneurs et animateurs de la fête, préférant jouer sans sono, au centre de la ronde. Comme eux, ils s’adaptent, jouant pour des festoù-noz, des randonnées… Comme nombre de leurs prédécesseurs, ils sont poly-instrumentistes (bombarde, flûte traversière en bois pour Mathieu ; bombarde, biniou, saxophone, accordéon diatonique pour Philippe) ; comme eux, ils connaissent nombre de chansons qu’ils entonnent au gré des circonstances : chansons à boire pour l’apéro, chansons à mener la ronde ; comme certains sonneurs du XXe siècle, ils ont remporté divers concours, dont le championnat de Bretagne à Gourin.

Mais les deux sonneurs sont des musiciens d’aujourd’hui. Ils ont également une formation en musique traditionnelle et enseignent en stages, au conservatoire de Lorient, à l’école de musique de Quimperlé, dans les écoles... Les deux larrons participent ou ont participé à diverses expériences musicales : au sein de plusieurs couples de sonneurs, dans des groupes (Fanfare à Danser, Sérot-Janvier et la Groove Cie, SaharArmorik, auparavant Tammles, Katé Mé…).

Tous deux s’intéressent aux traditions musicales pratiquées aujourd’hui par diverses communautés vivant en Bretagne et venues des quatre coins du monde. Ils rencontrent des joueurs de hautbois populaires d’Europe, d’Asie, d’Afrique, afin d’enrichir leur technique de jeu et leur vision musicale, et proposer un développement instrumental contemporain (jazz, « musiques actuelles », « arts de rue »).

 

AUTEUR : Michel Colleu

Michel Colleu, cofondateur du Chasse-Marée, chanteur, sonneur et collecteur, dirige aujourd’hui l’Office du Patrimoine Culturel Immatériel (OPCI).

© 2013 by Mathieu Sérot

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now
Les Celtiques de Guérande, 2010